BACHORO

Bachoro est l'un des deux centres plus importants de la tribu Marba.  Comme Kolon le petit village est  le centre d'un canton.  Sa population est noire, excepté un tout petit nombre de familles arabes.  Le chef du village administre le canton pour le gouvernement selon les lois coutumières.  L'activité économique du petit centre se résume dans la culture du riz et du coton.  Le gouvernement a installé sur place un petit hopital de brousse démuni de tout et tenu par un infirmier.  Les enfants qui veulent fréquenter l'école doivent s'installer à Kelo petite ville au sud,à une vingtaine de kilomètres. Pendant la saison des pluies le petit village reste isolé des centres de Kelo, Kolon et Djera.

Le quelques arabes du village vendent des produits de première nécessité: pétrole, lampes, sel, allumettes, quelques tissus et des bric-à-brac.  Une fois semaine s'y tient un marché pour les hameaux avoisinants.  Sur place il y a la présence d'une mission catholique et une protestante.  Le chef ést polygame et affiche sa richesse économique grace à ses 23 femmes et leurs rejetons.

À mon arrivée en ce lieu j'ai pû bénéficier de la largesse du chef de canton qui m' accorda la permission de fonder un Centre de Formation (École et Eglise) pour les adultes avec leurs familles.  Il m'accorda aussi une vingtaine d'héctares de terre pour pouvoir y cultiver à mon aise selon les besoins du Centre.  Mon récrutement pour le Centre porta fruit après deux ans.  Une trentaine de couple venus des hameaux de la brousse y recevait l'enseignement du Français, du Marba, et de l'hygiène.
En 1970 il y avait au Centre une petite école, une Eglise et une résidence.  Les familles Marbas habitaient dans des cases du pays et elles étaient prises en charge entièrement  par le Centre.

bachoro


bachoro  bachoro  bachoro



bachoro  bachoro  bachoro



bachorobachoro